“Quelle Sécurité alimentaire en Inde?”

Affiche AFUI - illustration

Le 10 septembre 2013, le Président de la République indienne a promulgué la loi sur la Sécurité Alimentaire, un des programmes phares de la politique sociale du gouvernement du parti du Congrès, qui affrontera les élections générales au printemps 2014.

Ce programme consacrera environ 4 milliards de dollars par an pour fournir à une large part de la population des grains alimentaires à prix réduits. Il s’inscrit dans une longue pratique de « système de distribution publique », appuyée sur quelque 500 000 boutiques spécialisées, qui a connu des hauts et des bas depuis la politique de réformes lancées en 1991 par Manmohan Singh, alors ministre des Finances, et Premier Ministre depuis 2004. De nombreux débats ont marqué la préparation de cette loi, portant tant sur son ampleur que sur ses modalités d’application.

La « machinerie alimentaire » de l’Inde, la plus importante au monde dans ce domaine, répond au premier des Objectifs du Millénaire définis par l’ONU : « Eliminer l’extrême pauvreté et la faim ». L’Inde émergente est à cet égard dans une situation paradoxale, puisque sa montée en puissance et la hausse continue de la production agricole depuis la « révolution verte » à partir de 1965 n’empêchent pas la persistance d’une malnutrition considérable, et une crise de l’agriculture frappant les petits paysans endettés.

L’enjeu de la modernisation de l’agriculture et de sa commercialisation est l’objet de débats intenses dans le pays : c’est aussi un enjeu pour nombre d’entreprises françaises ayant investi ou voulant investir en Inde, dans le domaine agricole comme dans celui de la grande distribution.

L’Association France-Union Indienne, fondée en 1956, organise ce colloque sur la sécurité alimentaire en Inde, avec la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, en partenariat avec l’Université Paris Ouest-Nanterre (LAVUE) et le Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS). Cette initiative bénéficie d’un financement de la Région Ile de France.

Le colloque regroupera des intervenants indiens et français. Ne pouvant être présent,  le « père de la révolution verte » indienne, M.S. Swaminathan a envoyé un message. Parmi les intervenants indiens, on notera la présence de Jean Drèze, co-auteur avec le prix Nobel Amartya Sen d’un ouvrage publié à Princeton cette année :  An Uncertain Glory. India and its Contradictions. Drèze et Sen avaient déjà publié ensemble un ouvrage sur la faim et les politiques publiques en 1989, et un autre sur le développement participatif en 2002. Interviendra également Palagumi Sainath, le responsable des affaires agricoles du grand quotidien indien The Hindu, qui a joué un rôle décisif dans la prise de conscience des difficultés de la petite paysannerie endettée et poussée au suicide. De grandes ou moyennes entreprises françaises travaillant en Inde seront représentées.

L’objectif de ce colloque n’est pas d’ajouter aux vieux clichés de l’Inde misérable, mais bien d’éclairer un enjeu décisif, et reconnu comme tel par le gouvernement indien, en éclairant l’articulation entre politiques sociales et politiques de modernisation dans un pays qui compte aujourd’hui 1,2 milliard d’habitants et qui devrait devenir, d’ici quinze à vingt ans, le plus peuplé de la planète.

 Vendredi 15 novembre 2013 Centre Sèvres,  35 bis rue de Sèvres, 75006 Paris

8h30 – 18h30


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.